Ateliers et conférences « quand écrire, c’est guérir »

Écrire pour se libérer du passé et mieux se projeter au futur.

Et si l’écriture nous permettait d’être plus épanouis et d’améliorer notre estime personnelle ? Découvrez comment le pouvoir de l’écriture peut être utilisé pour se réapproprier ses expériences, ses traumatismes, son destin.

Notre vie est moins déterminée par ce qui nous arrive que par le souvenir que nous en gardons en mémoire, le regard que nous posons sur nos expériences, sur nous-même. Difficile de mettre le doigt dessus. Lorsque nous essayons de parler de ce qui nous rend triste, de ce qui nous bloque, souvent nous ne savons pas mettre en mots ce que l’on ressent. C’est bien normal, les mots ne sont pas innés, ils sont le fruit d’un long apprentissage oral et écrit.

Cependant, à l’ère de la communication, nous n’écrivons presque plus. Nous avons perdu ce qui caractérisait l’humanité depuis des millénaires, l’écriture manuscrite, et avec elle, son formidable pouvoir de guérison.

Nous avons tous en effet des blocages, des complexes, des perceptions, des jugements sur nous-même. Ces perceptions négatives limitent notre vie, notre capacité à tomber amoureux, à obtenir le travail que nous souhaitons, ou même nous éloignent de nos proches. Elles nous font dévier de notre réussite personnelle.

La psychanalyse ou d’autres thérapies permettent, grâce à l’intervention d’un spécialiste, de pallier ces manques en libérant notre parole orale.

Mais il est un outil, gratuit, disponible en toute circonstance, qui fait le propre de l’homme, que nous pouvons utiliser comme une voie d’accès puissante encore inexploitée et inutilisée dans le domaine psychique, l’écriture.

Les dernières recherches en neurosciences montrent qu’aucun des mots que nous choisissons pour décrire notre passé, nos émotions, notre corps, notre futur, n’est choisi au hasard. Ces mots sont révélateurs de ce que nous pensons inconsciemment. Revenir sur eux, les observer et en étudier la sémantique, le sens, nous permet d’en apprendre beaucoup sur nous-mêmes et d’une façon rapide.

Ces perceptions une fois identifiées pourront être modifiées, travaillées, grâce aux liens étroits qui existent entre le cerveau et l’acte d’écrire. Ainsi, en modifiant la façon dont nous nous racontons notre vie, nous parvenons à nous réapproprier ce qui nous faisait souffrir, ce qui nous faisait peur.

J’ai donc travaillé en collaboration avec des professeurs en neurosciences de la Sorbonne à l’élaboration d’une méthode d’écriture performative qui permet de se libérer du passé et mieux se projeter dans le futur.

Je propose des séances de travail en groupes, en entreprise, afin de diffuser au public les bienfaits de l’écriture performative.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter via le formulaire ci-après.